Mardi, 21 avril 2015

Le Département d'État U.S. préoccupé par l'étonnante libération de deux barons du gang Galil

L'administration américaine a déclaré qu'elle était préoccupée par la vitesse d'une décision de justice en Haïti qui a vu les charges brusquement disparues dans l'acte d'accusation de deux présumés kidnappeurs, a-t-on appris via l'Agence Reuters.

Vendredi, le juge Lamarre Bélizaire a libéré Woodly Ethéart et Renel Nelfort, deux principaux chefs du gang Galil, qui avaient été mis en accusation un mois plus tôt pour avoir orchestré une série de crimes graves, dont assassinats, blanchiment d'argent et plus d'une douzaine cas d'enlèvements. « Nous sommes préoccupés par la décision, y compris la vitesse avec laquelle elle a été prise », a déclaré, dans un courriel, un porte-¬parole du Département d'État hier lundi en réponse à une demande de commentaire sur ce dossier.

« C'est une affaire en cours devant les tribunaux haïtiens, et nous comprenons que la décision pourrait être portée en appel. », a poursuivi le porte-parole du Département d'État.

Deux jours après cette libération controversée, le ministre de la Justice a congédié le commissaire du gouvernement « parce que le gouvernement n'était pas satisfait de sa performance au procès », a déclaré lundi un responsable de communication au ministère de la Justice. « A la fin du procès, les commissaires ont demandé l'abandon des poursuites. »

La libération de Monsieur Ethéart a immédiatement soulevé un torrent de questionnements. Certaines personnes croient qu'il a été acquitté en raison de la relation étroite qu'il entretient avec la famille du président.

L'empressement pour libérer les deux hommes vient absolument d'en-haut», a soutenu Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), qui d'ailleurs avait la veille dénoncé une parodie de justice. M. Esperance a accusé le juge Lamarre Bélizaire de corruption, affirmant que ce dernier agit souvent en faveur du gouvernement Martelly.

Le porte-parole du chef de l'État Michel Martelly ne veut pas encore répondre à une demande de commentaire. Le ministère de la Justice a jusqu'à mardi pour faire appel à cette décision « honteuse » pour la justice haïtienne.

Le réseau mafieux de Woodly Ethéart compte à son actif 17 cas d'enlèvement suivi de séquestration et de libération contre rançon – ce qui a rapporté à la bande au moins 1.889.500 dollars américains, avait révélé le RNDDH dans un rapport.

MJ/Radio Métropole Haïti



Retour à la page Justice-droits humains                               Accueil