Rencontres des Mémoires

Haïti et Argentine 

Buenos Aires, 1 - 8 juin 2015

« Mémoires égarées, récupérées, appropriables, inappropriables, propres et impropres, mémoires de traumas et de dictatures, mais aussi tissus de souvenirs individuels, collectifs. Des souvenirs parfois murmurés, dits à voix basse, tus, écrits sur les murs de la ville, sur les corps des sujets, dans leurs œuvres mais aussi (pourquoi ne pas le dire) des souvenirs emmurés parfois dans de longs temps de mutisme, de silence. Un silence qui se déchire avec les mots et les gestes, quand nous abordons les procédés par lesquels se font, s’élaborent, se créent, circulent, les mémoires de différentes époques, les histoires de longues dates et des faits plus récents.

A chaque occasion, les manières de faire, d’élaborer, de partager, de transmettre les mémoires gravées et mobiles impliquent des concepts et des pratiques, des soutiens, des acteurs et actrices, des territoires et processus. Il s’agit ici, non pas seulement de “raconter l’histoire” (même si cela a toujours du sens) mais surtout de croiser et entrecroiser diverses manières et modes de faire mémoire. C’est dans ce sens que les rencontres de juin en Argentine, se réfèrent aux mémoires au pluriel, partant du principe qu’il n’y a pas UNE histoire, mais des querelles entre des histoires. Ainsi, il nous faut laisser la place à plus d’une mémoire, à plus d’une manière de faire et de toujours repenser l’espace que l’on laisse à chacun. Les hôtes des Rencontres s’efforcent de poser et d’envisager des questions, de partager des modes d’interrogation, tout en renonçant à effacer certaines nuances. Et ce pour que l’espace construit par ces différentes voix qui, ensemble, le peuplent, devienne le lieu de recomposition d’une pensée collective, « partagée » au double sens du terme. Qu’il devienne le terrain où diverses expériences émergent et se donnent à voir, où différents outils s’échangent et où plus d’un chemin se dessinent « en suite »...  »

Parmi les organisateurs des Rencontres des Mémoires : FOKAL, UNGS, Université Paris-Diderot et Université de Paris 8.

Textes et reportages mis en ligne par Histoire contemporaine d'Haïti

Michèle D. Pierre-Louis


Danièle Magloire


Lorraine Mangonès


Rachèle Magloire

Jhon Picard Byron


Florence Élie


Marie-Marguerite B. Clérié


Jounal de Rachèle Magloire - 3 de 4